Économie circulaire Emballage

Écoconception des emballages plastiques : 5 questions à se poser

L’écoconception permet de réduire l’impact environnemental des emballages plastiques. Voici cinq questions à se poser pour avancer rapidement en écoconception.

Accéder au replay du webinar : Emballages plastiques 2030 : l'heure du choix ? 

Puis-je réduire les quantités de matière utilisées ?

L’écoconception ne consiste pas simplement à remplacer un matériau par un autre. En revanche, avec l’écoconception on cherche à obtenir des emballages capables de répondre à un cahier des charges en consommant une quantité de matière minimale.

Exemple : les marques d’eau minérale comme Volvic jouent sur 3 critères pour l’écoconception des bouteilles d’eau :

  • l’allégement du poids des bouteilles ;
  • le développement de formats familiaux ;
  • l’intégration de PET recyclé ;
L’ADEME préconise également d’optimiser les quantités de colles, d’adhésifs et d’encres utilisées en emballage

 

Puis-je supprimer certains emballages ?

Certains emballages sont peu utiles, car ils n’assurent pas de fonction nécessaire à la protection du produit, à la sécurité des personnes ou à l’information du consommateur. Ce suremballage a non seulement un coût environnemental, mais aussi économique.

L’écoconception permet de repenser la fonction de l’emballage et donc d’éliminer certains emballages inutiles.

 

Les matières premières sont-elles renouvelables ?

Introduire des matières renouvelables biosourcées est un levier permettant de réduire l’utilisation de matières premières issues du raffinage du pétrole et donc l’impact sur les ressources non renouvelables.

En revanche, utiliser une matière biosourcée n’est pas toujours plus “écologique”, car il faut prendre en compte l’impact environnemental global.

Cela dépend par exemple de l’origine de la biomasse utilisée : des matières biosourcées provenant de cultures utilisant des pesticides et des engrais ont un impact plus fort que des biosourcés issus de coproduits de l’agroalimentaire.

Bioplastiques : attention à l’impact de la transformation

Biodegradable bioplastique

Pour être fonctionnel, un bioplastique doit être transformé (ajout d’un plastifiant, etc.)

Il ne suffit donc pas de regarder l’origine de la matière, car les procédés de transformation peuvent fortement augmenter l’impact environnemental.

Ainsi, si le matériau est conçu à partir de matière biodégradable, il faut s’assurer que chaque additif le soit également !

 

Mon emballage est-il réutilisable ?

Pour réduire l’impact environnemental d’un emballage, il est primordial de prolonger la durée de vie des matériaux qui le constituent, car le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas.

Un emballage directement réutilisable, en circuit court, avec peu de transformation est donc une solution à étudier de près.

Pour aller plus loin sur ce sujet : 4 actions pour réduire l’impact environnemental des emballages plastiques

Mon emballage est-il recyclable ?

La recyclabilité des emballages dépend de nombreux paramètres et répondre à cette question n’est pas toujours simple. Néanmoins, quelques bonnes pratiques sont à observer pour améliorer la recyclabilité des emballages :

  • faciliter la séparation des éléments multi matériaux ;
  • si possible, favoriser les emballages mono matériau ;
  • utiliser des encres à impact environnemental réduit et limiter les couleurs ;
  • choisir des colles et adhésifs qui impactent peu les process de recyclage ;

Améliorer la recyclabilité des emballages : bientôt de nouvelles techniques ?

Par l’intermédiaire de divers projets, IPC travaille sur le développement de nouvelles technologies de recyclage.

C’est le cas du projet H2020 TERMINUS, dont l’ambition est de relever le défi du recyclage et de la réutilisation des matériaux d’emballage souples multicouches.

La principale innovation de ce projet concerne le développement d’un emballage multicouche intelligent comprenant une fonction d’auto délamination des couches, rendue possible grâce à l’incorporation d’enzymes dans les adhésifs et couches de liaison du matériau.

Une fois utilisés, ces emballages d’un nouveau genre subissent une dégradation enzymatique de l’adhésif et de la couche de liaison, ce qui permet de récupérer, recycler et réutiliser les matériaux monocouches obtenus.

 

Conclusion

L’écoconception permet de réduire l’impact environnemental des emballages plastiques. Maintenant que vous connaissez les questions à vous poser pour avancer rapidement en écoconception, il est tant d'agir ! IPC s’appuie sur une gamme complète de services pour aider les débutants comme les experts en écoconception à concrétiser leurs projets. 

Vous souhaitez vous faire accompagner ? Découvrez notre prochain article sur les prestations de services IPC et l’économie circulaire. Également, nos experts sont disponibles pour répondre à l'ensemble de vos questions ! Contactez-nous.

Accéder au replay du webinar

Vous souhaitez en savoir plus sur l'économie circulaire pour l'industrie ?  Découvrez la rediffusion du webinaire sur les enjeux de l'économie circulaire pour la filière plasturgie.

UNION EUROPEENNE  DIS30  L'EUROPE S'ENGAGE EN AUVERGNE-RHONE ALPES

La plateforme DIS30 est co-financée par l’Union européenne (fonds FEDER) et soutenue financièrement par la région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

 

0 comments on “Écoconception des emballages plastiques : 5 questions à se poser

S'ABONNER

Saisissez votre adresse mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification à chaque nouvel article.

Prochains événements

Dernièrement sur notre chaîne Youtube