Matériaux Économie circulaire

Les nouveaux matériaux de l’économie circulaire

Plastiques biosourcés, pétrosourcés ou recyclés ? Les choix des matières plastiques sont fortement orientés dans le cadre d’une économie circulaire qui vise à réduire l’impact environnemental et favorise la localité. Voici les avantages de ces matériaux et les freins à leur utilisation.

 

Les matières plastiques de l’économie circulaire

 

La matière plastique recyclée : quels avantages ?

Fortement poussée par les pouvoirs publics, l’utilisation de matières premières recyclées (MPR) est la priorité numéro un en matière d’économie circulaire. Dans les faits, cela se traduit par une mobilisation d’entreprises qui s’engagent volontairement à utiliser davantage de matières recyclées. Ces engagements volontaires sont essentiels pour atteindre l’objectif de 100 % de recyclage en 2025 prévu par la loi AGEC.

  • Coût des MPR

Le coût des matières plastiques recyclées est généralement plus avantageux que celui des matières vierges : 10 à 20 % inférieur, à propriétés équivalentes, selon la Fédération de la Plasturgie des Composites.

  • Avantage environnemental

L’utilisation de MPR permet indéniablement de réduire l’impact environnemental de l’industrie plastique, et surtout son empreinte carbone, car :

  • 1 t de MPR permet d’économiser 2 à 3 t de CO2 liés à la fabrication d’objets plastiques ;
  • l’économie en carbone est déjà quantifiable dès le premier kg de MPR utilisé ;
  • Propriétés et applications

Les propriétés des MPR peuvent être différentes de celles des matières vierges. Aussi, il ne faut pas chercher à comparer les matières premières vierges ou recyclées, car aucune n’est meilleure que l’autre.

Par conséquent, l’incorporation de MPR nécessite des ajustements au niveau des procédés de production et un dialogue très ouvert (partenariat) avec votre régénérateur de matière.

Voici quelques exemples d’applications des MPR :

  • PET incolore => bouteilles, rembourrages textiles ;
  • PET coloré = > industrie textile ;
  • PEHD => tubes irrigation, bacs roulants, poubelles ;
  • PEBD => seaux, outils ;
  • PP => pièces automobiles, matériaux pour le bâtiment ;

Les matériaux biosourcés

Les matériaux biosourcés sont des matières plastiques qui ne sont pas issues de l’extraction pétrolière, mais de ressources renouvelables et biologiques, ce qui ne veut pas forcément dire “écologique”. 

En effet, la première génération de matières biosourcées provenait de cultures agricoles exclusivement dédiées, l’exemple le plus célèbre étant la canne à sucre extraite pour la production de polypropylène biosourcé.

Plus compatibles avec le concept d’économie circulaire, les matériaux biosourcés de deuxième génération sont fabriqués à partir de “déchets” agricoles, tels que les résidus de végétaux.

Les inconvénients des biosourcés

  • Les plastiques biosourcés sont souvent plus difficiles à mettre en forme que les pétrosourcés ;
  • Les matières biosourcées coûtent plus cher

Recyclabilité des matériaux biosourcés : un problème économique

Pour que le modèle économique d’une filière de recyclage soit équilibré, la quantité de déchets à recycler doit être au minimum de 100 000 tonnes par an. Bien que potentiellement très vertueux s’il est récupéré et composté correctement, le PLA représente à l’heure actuelle un problème, car les volumes récupérés sont tellement faibles qu’il vient polluer les autres filières. Voilà pourquoi l’éco-organisme CITEO impose un malus au PLA.

 

Quels sont les freins à l’utilisation des matières plastiques recyclées ?

L’utilisation massive de matières premières recyclées se heurte actuellement à des incertitudes au niveau des flux de déchets et de la réglementation.

La disponibilité de la matière à recycler

Pour être en mesure d’honorer leurs commandes, les industriels ne doivent pas rencontrer de problèmes d’approvisionnement en matières premières. Or, l’utilisation de MPR est parfois compliquée, car la disponibilité de la ressource dépend de la quantité de déchets récoltée pour le recyclage. 

La gestion des flux de matières est ainsi plus difficile lorsque les déchets utilisés proviennent d’activités saisonnières comme les activités agricoles.

La directive REACH

La directive REACH impose aux industriels de s’assurer que les matières plastiques utilisées ne contiennent pas de substances dangereuses (SVHC). Pour y arriver, ils doivent donc maîtriser parfaitement la composition des MPR qui entrent dans leurs procédés de fabrication.

La traçabilité des MPR est donc particulièrement importante pour un industriel : il est bien plus sûr pour lui d’utiliser des chutes de production provenant d’un partenaire industriel de confiance que des déchets mal identifiés issus d’une casse automobile.

 

Conclusion

Au cœur de l’économie circulaire, les matières plastiques recyclées sont l’avenir de la plasturgie, bien qu’il subsiste encore des freins à leur utilisation.

Vous réfléchissez à la mise en place d'une démarche d'économie circulaire pour votre industrie ? Consultez la rediffusion de notre dernier webinaire sur le sujet !

Rediffusion du webinaire sur l'économie circulaire pour la plasturgie

0 comments on “Les nouveaux matériaux de l’économie circulaire

S'ABONNER

Saisissez votre adresse mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification à chaque nouvel article.

Prochains événements

Dernièrement sur notre chaîne Youtube